11 janv. 2014

[Dossier Remake] The Legend of Zelda Ocarina Of Time sur 3DS !

Et c'est le BIG démarrage du dossier sur les remakes !

Des remakes, des remakes, des remakes partout ! On ne voit que ça ces derniers temps, et avouez franchement que c’est pas pour nous déplaire. Ça permet de refaire tous ces bons vieux jeux que l’on n’a pas (ou plus) forcément.
Avec la pluie de jeux remastérisés qui nous tombe sur la gueule,  je me suis dit que ce serait pas mal de faire un dossier qui porterait sur les différents remakes ! Ici je vais parler de notre fameux Ocarina of Time, mais je parlerai aussi après d’autres remakes comme celui du de Final Fantasy X/X-2…  Bref, vous avez saisi.


ET ON COMMENCE AVEC LE PRECIEUX. 


Petite remarque :  dans ce dossier sur les remakes, je ne pointerai du doigt que les nouveautés ! Je ne ferai donc pas de résumé ou d’explication sur les jeux d’origines ( les articles sur ceux-ci viendront, promis !), j’expliciterai seulement les différences.
Bon maintenant que ça c’est fait, on va pouvoir revenir à nos moutons (ou poules, vu le contexte), c’est parti !

Un mythe  à redécouvrir !

Il est de notoriété publique que The Legend Of Zelda : Ocarina Of time fut le premier de nombre de joueurs de ma génération. Pour ma part, c’était The Wind Waker.  (mais ça, on s’en tape.)
L’histoire absolument fantastique de cet opus est généralement connue de tous. Vous incarnez Link (ou Jean-Luc, selon comment vous l’appelez), jeune môme d’à peine 12 ans à travers tout Hyrule pour aider la Princesse Zelda à contre carrer les plans du sombre Ganondorf.
Ça, c’est les premières heures de jeu. Ca se complique légèrement après, mais je ne suis pas là pour faire un résumé, mais pour parler concrètement des changements notables avec la version antérieure !
Il faut déjà savoir qu’Ocarina Of Time avait déjà été réédité par le passé sur Nintendo Gamecube, c’est d’ailleurs via cette plateforme que j’ai pu y jouer. Mais c’était à ce moment une simple réédition, rien ne changeait, si ce n’était qu’on avait la Master Quest avec. 
Donc l’idée de faire de lisser les graphismes avec quelques nouveautés, c’est plutôt pas mal.


On est parti. 

Hm, concrètement il change quoi le remake ?

Ø  Graphismes, bien sûr !

L’une des choses principales que l’on mate maintenant dans les jeux qui ressortent après tant d’années, ce sont surtout les graphismes. J’en parlais plus haut, ils sont beaucoup plus lisses et agréables à regarder, faut dire aussi que le jeu original date de la fin des années 90, il y avait de quoi faire quelque chose d’absolument sensationnel !
Cette perle n’échappe pas à la règle, les contours que l’on pouvait trouver brouillons sont beaucoup plus nets, les couleurs plus vives, c’est réellement plus fluide et plus agréable à l’œil. Ils ont quand même néanmoins gardé le « corps » des anciens graphismes, c’est-à-dire que rien n’a changé si ce n’est la qualité. C’est pas du PUR HD TROP HARD SA RACE (et heureusement hein), ça reste dans les tons du jeu ! Je dois vous avouer que lorsque Nintendo avait annoncé Ocarina Of Time 3D, j’avais eu des sueurs froides à cause de ça… OOT en HD ? NON !


Regardez-moi donc c’te Link (NAVIIIII, SARIAAAA)
Voilà j’ai fait ma groupiasse de merde, on peut continuer.

Ø  Quelques nouveautés de Gameplay à noter

Ce ne sont peut-être que des détails, mais quand on est habitué à jouer d’une certaine manière à un certain jeu ; je peux vous assurer que ça change pas mal d’aspect.
On a maintenant l’écran inférieur de la 3DS qui fait office d’inventaire et de Map en même temps. Beaucoup plus pratique, surtout pour l’inventaire ! Je trouvais ça légèrement plus fastidieux avant ! La map est également du coup plus visible, c’est facultatif hors donjon mais on apprécie l’utilité pour ceux qui sont nuls en orientation. (nan j’parle pas de moi c’est pas vrai oké ?)


Là, c’est utile !

Il y a également beaucoup plus d’aide ajoutée par exemple pour la résolution des énigmes, ou pour battre plus facilement un boss via les Pierres Sheikahs. Si vous savez, ces rochers avec un oeil qui vous annonçaient moult rumeurs dans le jeu original ? Et bien ici il ne fait pas que ça, il vous permet via des visions assez courtes de vous aider si vous vous sentez bloqués quelque part dans le jeu. Je suis perplexe devant tant d’aides dans un The Legend Of Zelda, certes on a tous buté une fois sur les énigmes, mais donner autant d’aide au joueur fait un peu perdre ce qui faisait l’une des principales difficultés du gameplay… Mais ça n’engage que moi bien entendu.


Moi perso ça me f’rait quand même un peu flipper de rentrer là dedans. Enfin bon c'est Link. 

Pour finir, détail amusant, vous pouvez viser avec votre 3DS lorsque vous utilisez par exemple le lance-pierre ou un arc. Si vous jouez dans votre bus, les gens vont vous prendre pour des teubés, mais hé, on a rien sans rien !

Ø  Bon à côté de ça, il y a de la difficulté qui vous attend !

J’ignore si c’est pour combler le fait que l’aide au joueur soit trop présente dans le jeu, ou juste par envie, mais Nintendo nous a fourni deux choses qui rallongent considérablement la durée de vie du jeu. (qui est déjà pas mal vous en conviendrez)
Premièrement, ils ont inclus la Master Quest. J’en parlais un peu plus haut, c’est un mode qui n’est sorti chez que via Gamecube à l’époque, et encore fallait-il avoir l’édition collector de notre bon vieux The Wind Waker. Ici, c’est accessible à tous ! Si vous choisissez de jouer en Master Quest, mieux vaut vous préparer psychologiquement. C’est en effet exactement le même jeu, mais avec une difficulté beaucoup plus accrue. A réserver aux hard-gameurs ! Je passe mon tour, j’ai essayé une fois et c’était absolument désastreux. Les monstres vous butent en quelques secondes si vous ne réagissez pas vite, les donjons sont abominables, bref, la misère. (mais le challenge est là mon ami, le CHALLENGE.)



Votre droite et votre gauche sont aussi inversées. Bref, enjoy. (source)

La deuxième chose qu’ils ont décidé d’intégrer est le « Boss Challenge », comme son nom l’indique, vous vous tapez tous les boss du jeu, les uns après les autres. Faut avoir la patience et le temps, mais pour les gros bourrins c’est du tout bénef’ !

Ø  Conclusion ?


Le jeu tient tout simplement ses promesses, le scénario ne change pas et reste aussi beau et fabuleux qu’en 1998. Malgré tout un vent de fraîcheur (mate la métaphore) souffle sur ce remake, des graphismes plus lisses, des nouveautés utiles, et enfin de la difficulté ! Le Master Quest fait son grand retour et ça ravira ceux qui n’avaient pas pu le prendre sur Gamecube. Puis en toute honnêteté,  avoir ce jeu en version console de poche… C’est pratique dans les transports , HA !

4 janv. 2014

Billet pour le nouvel an

Ouais, c’est d’une originalité sans nom, je sais.

Tout d’abord bonne année, à tous. Parce que même si je suis une garce avariée (oui.) ce serait cool qu’on passe une putain d’année 2014. Moi ? 2013 ? C’tait bien cool. Mais en fait ça soulignait surtout le début de c’te bonne vieille aventure bloggesque.


ET C'EST LA FÊTE. 

Depuis septembre j’vous raconte de la merde, des conneries, mais surtout j’vous parle de jeux-vidéo. J’ai ouvert une page Facebook du blog, j’harcèle les gens sur twitter en rappelant que, hé, un article est sorti, je suis vulgaire et apparemment ça dérange personne.

Et ça c’est cool.

Ce pavé pourri n’est pas seulement là juste pour vous souhaiter une bonne année, vous l’avez saisi.  Mais c’est surtout pour vous glisser un petit (Bon ok, un GROS) merci sur vos petites faces. 


Et un gros câlin aussi. <3

Je ne vous connais pas personnellement, mais vous permettez avec vos clics et commentaires de faire un peu vivre ce blog. C’est déjà beaucoup, parce qu’en quelques mois il y a eu :

Ø  5 237 pages de vues. Et c’est juste ENORME.
Ø  77 likes sur la page FB. ET C’EST BEAUCOUP.
Ø  417 followers sur twitter, vous supportez tous mes tweets dégueulasses et croyez-moi vous êtes courageux.
Ø  161 commentaires ici, là et encore là.


Oui je sais Sora, j'ai fait la même gueule.

Il y a eu aussi des articles plus matés que d'autres, tels que mon sondage "Les filles qui jouent aux jeux-vidéo ça vous fait quoi?" (la synthèse arrive d'ailleurs!), celui sur la Paris Games Week 2013 ou bien encore celui sur Pokemon X
L'article le plus commenté est sans surprise encore une fois Pokemon X suivi de près par le sondage "C'était mieux avant"

Comment dire ? J’vous kiffe. J’ose espérer que cette année sera bandante, avec plein de nouveautés, de jeux à gogo, et encore plus de gros-mots ! (z’avez vu comment j’utilise cette expression de bébé.)


Et maintenant que j'ai été gentille, on peut continuer l'aventure! (en mode comme avant, et ouais.)







22 déc. 2013

Aujourd’hui j’ai joué à… Bravely Default

NON GYAPPLE N’EST PAS MORTE. NON GYAPPLE EST LA. OUI GYAPPLE…

Etait juste en train de geeker un peu.



Bon, avec le taff que j’ai, les achats de Noël (je suis d’ailleurs dans la merde, je suis EN RETARD), que je joue trop, la vie sociale (oui j’en ai une) et le fait que je cours partout depuis au moins 3 semaines…  Euh.
Je sais, j’ai pas d’excuse.
Mais ne pleurez pas mes petit-e-s,  le test que je garde au chaud depuis quelques temps déjà est là.
Bravely Default, coucou !

Mais qu’est ce que c’est ?

Pour faire simple, Bravely Default est un petit bijou sur 3DS made in Square Enix. J’en parlais déjà pas mal dans mon billet sur la ParisGames Week (où j’avais pas mal saigné la démo, et où je vous en avais dit beaucoup beaucoup de bien.)
Ce J-RPG f’sait baver les nostalgiques de la firme d’envie, et allumait la lueur de curiosité dans les yeux des nouveaux fans.
Faut dire, on avait peur qu’il ne sorte pas chez nous !

Il s’passe quoi dedans ?

Sans vous spoil (parce que Gyapple gentille) :

Tout commence avec Tiz, jeune villageois banal qui se retrouve sans rien après la destruction de son village. Il y perd tout, famille, amis, foyer… Avide de découvrir ce qu’il s’est passé, il revient sur les lieux de la catastrophe. Il y trouve une jeune fille, Agnès Oblige, Vestale du Vent accompagnée d’une fée : Airy, qui se fait poursuivre par l’armée d’Eternia. Par quelques curieux hasards, il sera amené à la suivre dans son aventure. Il croisera sur sa route Ringabel, un amnésique fou des femmes, et Edéa, membre de l’armée.
Cette drôle d’équipe va découvrir au fur et à mesure de de leur quête bien des secrets sur leur monde. Mais shhhh, va falloir finir le jeu pour le savoir ! (et c’est quelqu’un qui ne l’a pas encore fini qui vous dit ça.)


De gauche à droite: Edéa, Tiz, Agnés et pour finir Ringabel!

Ca envoie du paté hein ? Quoi ? Toujours pas convaincu ? Suivez donc le guide !

Un jeu old-school, mais frais par son mode de combat

J’en parlais déjà lorsque j’avais touché la démo à la PGW13, mais c’est encore mieux avec le jeu dans les mains.
Bravely Default est basé sur un principe vieux comme nos amis japonais, un mode de combat au tour par tour, quatre persos, un système de job qui nous rappelle les Final Fantasy. Bref, un cocktail qui marche toujours et qui nous rassasie bien !
Le truc vraiment cool, c’est que Square Enix a décidé de rajouter quelques petites choses  pour pimenter le tout et rajouter une dimension stratégique.

Ø  « Brave »

Classiquement, lors d’un tour on peut utiliser une attaque normale, une compétence (magie,  coups spéciaux… ) ou bien un objet. Ici, rien ne change… Si ce n’est que vous pouvez utiliser tout cela en même temps.
J’vous montre :

Oui bon, la qualité toussa toussa, je sais.

Vous voyez l’icône « Brave » ci-dessus ?
Si vous « cliquez » dessus deux fois, vous pourrez choisir trois actions à effectuer. Par exemple d’attaquer deux fois l’ennemi  et ensuite d’utiliser une potion sur tel personnage.
Si vous cliquez qu’une seule fois dessus, vous aurez droit à deux actions et ainsi de suite.
Par contre, il faut savoir que lorsque vous décidez de vous rajouter quelques choix supplémentaires, vous perdez des tours.
La vie c’pas facile.

Par exemple : vous décidez de cliquer deux fois sur « Brave », vous avez donc trois actions à faire. Mais du coup, vous ne foutez rien pendant les trois tours suivants, et donc l’ennemi peut très bien vous buter si vous ne réfléchissez pas un peu.  (j’peux vous dire que j’ai perdu des combats à cause de ça, c’est complètement con mais faut y penser avant de foncer tête baissée !)

Note : Vous ne pouvez utiliser Brave que trois fois par tour. Bah ouais sinon c’trop facile !

Ø  « Default »

Vous avez du remarquer une autre commande sur la photo, « Default ».
C’est tout le contraire de « Brave » en fait. Vous l’utilisez, vous vous protégez pendant un tour (vous encaissez des dégâts beaucoup moins importants) et vous gagnez un tour en plus ! (pour pouvoir utiliser Brave après par exemple ! Faut réfléchir, stratégie, stratégie !)

Ø  Assistance

Bravely Default vis avec son temps ! Effectivement avec cette commande, vous pourrez soit envoyer de l’aide à quelqu’un qui possède le jeu (en mode trop gentil de la mort) ou bien invoquer justement un petit coup de main. C’est toujours pratique !

Ø  Spécial

Comme son nom l’indique, c’est une attaque spécial qui fra des dégâts colossaux ! Pour l’obtenir il faut remplir certaines conditions. Les phrases que nos héros balancent pendant cette attaque sont d’ailleurs complètement personnalisables ! A utiliser au bon moment !

J’vous ai pas perdus ? Alors on continue !

Les Jobs, le trésor du jeu

Je le disais plus haut dans l’article, Bravely Default regorge de jobs ! Les classiques comme Mage Blanc, Chevalier ou bien encore Moine reviennent au galop ! Les jobs sont au nombre de 24 ici, et il vous faudra réaliser quelques quêtes annexes pour pouvoir en avoir certains ! (il vous faudra plus précisément avancer dans ce qu’on appelle « l’histoire secondaire »)
Ça fait plaisir de retrouver ce système à l’ancienne !

UNE CLAQUE VISUELLE

En majuscule. Oui.
Où que vous alliez les graphismes vous pétent littéralement à la gueule, et je suis polie.
C’est la première fois que je vois une 3D aussi  bien utilisée dans un jeu-vidéo sur Nintendo 3DS, sans rire. On en prend plein les yeux à chaque nouvelle zone visitée !  L’équipe de développement a tout donné pour que les ambiances des différentes parties de la carte soient reconnaissables entre milles. Chaque détail a été réfléchi, et croyez moi, j’en chiale. (enfin, non, mais presque quoi.)


Non mais c'est... *meurt*


Ancheim, ville fabuleuse.


Si même les donjons ont de la gueule, là j'prends ma retraite.

Ce n’est pas ce qui m’avait attiré à la base, puisque j’avais principalement maté les nouveautés que Square Enix nous proposait, mais là, OUH.
Le chara-design est lui aussi superbe. (tiré de FF3, en même temps...)


Même Tiz kiffe.

Et une musique qui n’en finit pas de nous faire rêver

Si vous me lisez depuis septembre, vous savez forcément que je porte une attention toute particulière aux musiques d’un jeu-vidéo, que c’est un point important dans mes test.
ET BAH PUTAIN DE MERDE.

Jugez plutôt : (OUI YOUTUBE A DÉCIDÉ DE MERDER JE TE DETESTE)


Theme du coup spécial de Tiz


Un des thèmes de Boss. (vous ne me voyez pas, mais je meurs en écrivant ces mots.)


Thème d’Ancheim, une ville absolument magnifique.

J’arrête là, ça envoi déjà pas vrai ?

Un village à reconstruire, le streetpass utilisé à sa juste valeur !

Au début de l’histoire, on le sait en trombe, Tiz n’a plus de village, plus de foyer, en gros plus rien. Mais après quelques heures dans le jeu, un élément scénaristique vous permettra de pouvoir reconstruire ce village.


Simple, faut prendre votre Nintendo 3DS avec vous et vous balader. Plus vous rencontrerez de monde possédant le jeu via streetpass, plus vous aurez d’habitants dans votre village, et donc, d’ouvriers pour le reconstruire.
La reconstruction s’effectue donc via nos « amis », mais pas de panique, si vous n’en rencontrez pas et que vous n’avez personne dans votre entourage jouant à Bravely Default, le jeu nous permet d’envoyer une fois par jour des invitations au hasard pour pouvoir avoir du peuple au village ! Si ça c’est pas beau.
Et pour les gros rageux qui vont se ramener en nous disant que c’est inutile, et bien non ! Plus vous reconstruisez le village, plus vous aurez de cadeau de la part de vos marchands et de choix dans les boutiques ! Ça c’est MUY BIEN !

Chose à rajouter: vous voyez les trucs pas beaux sur la photo ? Ce sont des « colosses », on peut se battre contre eux et gagner des xp toussa toussa. (c’est les gens que vous rencontrez via streetpass etc qui vous les envoie… Ah, ces vermines !)

Une durée de vie qui FAIT DU BIEN

Encore une fois, si vous me lisez depuis le début, vous devez vous rendre compte que je gerbe souvent sur la durée de vie des jeux. ET BAH LA VOUS EN AUREZ POUR VOTRE GRADE. Le jeu est long, prenant, et ça fait plaisir à voir. Le scénario vous attrape et vous tiens en haleine. C’est vraiment le jeu de l’année sur 3DS pour moi.

Conclusion


Que dire ? J’ai adoré, j’adore, et j’adorerai y jouer. Un jeu comme ça, après les nombreuses déceptions que j’ai eues ça fait VRAIMENT plaisir ! Je ne peux que vous le conseiller, et si vous n’avez pas la 3DS, courez l’acheter au moins pour ce bijou.
Vous ne serez pas déçu. 

8 déc. 2013

Guild Wars 2, où comment être ENCORE plus déçue des MMO

En faisant du tri dans les jeux-vidéo PC qui se tassaient tristement sur mon bureau, j’ai retrouvé un jeu. Un jeu qui m'avait l'air abandonné, vieux.
Il était tout poussiéreux et semblait appeler à l’aide. Du genre, « hé Gyapple, c’pas ton style de laisser pourrir un jeu comme ça! Joue avec moiiiiiiiii ».
C’est pas mon style de laisser pourrir un jeu ouais, mais il faut bien une première fois à tout mon vieux.
Du coup, une idée de billet a soudainement surgit de mon esprit. (et en plus, ça me permettait d’arrêter mon ménage. Procrastination quand tu nous tiens.)



J'ai déja fait un article sur le pourquoi les jeux en ligne avaient tendance à m'emmerder. Si tu l'as lu, tu pourras peut être mieux comprendre la suite.
Si tu ne l'as pas lu (ENFERS ET DAMNATION) ce n'est pas grave, c'est quand même compréhensible.
Pour te faire un résumé, ce qui a tendance à me gonfler dans ce type de jeu c'est le manque de scénar personel et la communauté de barbares qui s'y trouve.

Là tu vas me gueuler : « Alors pourquoi avoir acheté Guild Wars 2 si tu ne trouve jamais ton compte dans ce type de jeux?? »

Jeune Padawan, j’ai été dupée.
L’année dernière à la fac, j’ai rencontré quelqu’un qui y jouait, et qui m’en f’sait l’éloge.
La cynique que je suis ne croyais pas UN MOT de ce qu’il pouvait me baragouiner, mais j’ai néanmoins cherché sur not’ bon vieux Google ce qu’était ce jeu dont on n’arrêtait pas de me bassiner les oreilles.
Il y avait un bon scénario, le jeu paraissait riche. Un système de combat qui m’avait l’air intéressant, des races étonnantes qu’on ne voyait pas non plus partout, une histoire de Drag… DRAGON ?
Je ne réponds plus de rien. Intéressons-nous donc à ce prodige.
(Oui, z’avez remarqué j’avais même changé de vocabulaire pour désigner ce jeu. Je l’ai appelé « Prodige » quoi. Me parlez jamais de Dragon.)


Tout de suite, ça ajoute pas mal de classe.

Autre bon point, nul besoin de payer une somme fixe par mois. Tu achetais le jeu et puis c’est tout. Pas mal les vieux. Les maps avaient l’air, elles aussi, très alléchantes. Mais ce n’est pas ça qui m’a fait bondir jusqu’au Micromania le plus proche.
Non, messieurs, mesdames, le jeu proposait un scénario propre à notre personnage.
Un scénar rien que pour nous, où tu pouvais choisir ton Background. Take my money you IDIOTS !
Voilà, c’est ça qui m’a convaincue.
Bah en fait dans l’histoire, l’idiote, c’est moi. ( vous pouvez vous foutre de la gueule de ma naïveté, ce s’ra pas souvent.)

C’est là où j’commence à grincer des dents

Bon si vous avez tout bien lu, vous avez compris que je suis critique sur la communauté et le background des MMO. Pourtant, jamais aucun jeu en ligne ne m’a lassé en tant que tel. Ils étaient tous, bien que différents, bons à mon sens. (après je n’ai pas joué à 100 MMO non plus.)
Ce fut une première pour moi concernant Guild Wars 2. Une déception sans nom.
Je me suis lassée en quelques connexions. QUELQUES. (et pas des connexions qui ne duraient qu’une petite heure, non, je restais longtemps dessus histoire de chercher le truc qui me f’rait changer d’avis.)
J’étais avec ce mec de la fac ainsi que des potes à lui sur Mumble. C’était bien c’était cool. On déconnait.
Mais si vous aviez dégagé les discussions que j’avais avec eux, je me serais fait chier comme un rat mort. C’était plat.

Des combats qui semblent sortis d’une œuvre d’art abstraite.


Screen trouvé sur le net qui résume ASSEZ BIEN la situation.

Le système de combat m’a vite saoulé en fin de compte. Dans ma tête ça rendait bien d’après les différentes critiques que j’avais lus sur le web. Ça m’avait l’air intuitif, réactif.
En vérité c’était assez brouillon, quelques fois pas assez rapide, d’autres fois beaucoup trop. Mettez 20 joueurs avec quelques mobs un peu hard, et ça devenait n’importe quoi. C’est le cas dans beaucoup de MMO, bien sûr, mais je dois vous avouer que j’ai trouvé que c’était pire ici. Pouvoir switcher avec les quatre éléments (feu, eau, air et terre) aurait pu être hyper intéressant, au lieu de ça, ça rendait le combat encore plus laborieux.
C’est dommage (vous allez l’entendre souvent ce mot) car je vous assure qu’il avait tout pour plaire. Quelle que soit la classe, les éléments étaient présents et apportaient une modification de l’aire de combat. Par exemple, en étant Elémentaliste (classe qui se rapproche le plus de ma classe fétiche, « mage »), si j’utilisais l’eau sur l’un de mes alliés, ça pouvait lui redonner quelques points de vie. Si j’utilisais une certaine capacité de terre, je pouvais sincèrement handicaper mes ennemis.
Ca apportait une réflexion assez sympathique concernant la stratégie. Cette nouvelle dimension des combats n’était pas négligeable, mais elle n’a été que trop entravée par le côté « bazar » des phases de baston. De plus la caméra n’aidait absolument pas à se retrouver lors des events, de boss commun ou autre.
Je suis dure, j’en suis consciente, mais je suis rarement aussi déçue.

Même ce qui me paraissait génial, ne l’était pas en réalité.


Me regarde pas comme ça darling, tu sais que c'est vrai.

Parlons maintenant du fameux background du perso, le truc qui m’avait tellement  fait frétiller de la culotte que j’avais couru acheter le jeu. Ai-je réellement besoin de préciser que là aussi, je m’étais trop avancée ?
Lors de la création de notre avatar, on a la possibilité de choisir divers éléments de son passé. Ces mêmes éléments seront plus tard repris dans les quêtes propres à notre personnage.
Je ne peux donner d’exemples sans sévèrement spoiler, mais ce qu’il faut retenir c’est que tu existes réellement dans le jeu. Tu n’es plus le joueur lambda, tu as un passé, des relations, bref tu n’es plus juste un truc qui ne fait que bousiller des mobs.
Malheureusement, j’ai trouvé que ça restait très sommaire.
C’est un aspect très, très, TRES, secondaire du jeu.
Il fallait s’y attendre après tout. Il y a des milliers de joueurs, ils n’allaient pas se casser le cul à sortir une histoire riche et originale. Chaque quête personnelle que vous accomplissez ne change quasiment rien.
J’ai trouvé l’histoire du jeu en elle-même limite plus intéressante dans le temps. (ouais t’as vu j’parle comme si j’y avais joué 8 mois haha)
Non mais le jeu en lui-même aurait pu être très bon, le souci c’est peut être que je m’étais attendu à quelque chose d’énorme, de fantastique, quelque chose qui allait révolutionner mon regard sur le jeu en ligne, et qui en fin de compte n’apporte rien de plus.

C’est dommage car le jeu possède un énorme bon point : L’exploration.



Boum.

S’il y a bien une qualité que me f’rait revenir dans le jeu, c’est bien l’exploration de la Map. Le monde est SI BEAU ! Les paysages sont tellement diversifiés ! Les zones sont immenses, et les choses à voir sont nombreuses. Ils ont fait attention aux moindres détails et c’est un plaisir sans fin de courir dans les grandes étendues qu’ils nous ont créés. (plaisir souvent gâché par des ennemis qui font 4 fois ton niveau, mais on est des warriors)
On a l’impression de lire l’histoire de tous les territoires que l’on traverse. Ils ont tous une particularité qui ressort. Croyez-moi, j’ai rêvé pendant que j’explorais à droite ou à gauche !
Le petit truc sympa qu’ils ont intégré dans le jeu, c’est la découverte de coins secrets. A chaque partie de la map, il y a un endroit difficile d’accès qui t’apporte pas mal de points d’xp (mais également une vue splendide sur les alentours). Pour y aller il faut parfois exécuter des sauts complexes. (enfin, je trouve ça dur car les niveaux de plateforme et moi hein… ARGH.)


Putain c'est magnifique.

La Adventure Box, niveau qui te fait retomber quelques années en arrière !

Il y a aussi autre chose que j’ai énormément apprécié, c’est la Adventure box ! C’est un bonus assez cool, mais temporaire. (J'ignore si il est encore dans le jeu au moment où je vous parle)
C’est une sorte de nouvelle zone qui n’a strictement rien à voir avec le monde du jeu en lui-même. Il y a plusieurs niveaux à passer. La particularité, c’est que ça fait très plateforme (encore ouioui) et que c’est en… PIXEL ! Une sorte de pixel modernisé. Les mobs/boss sont tout en pixels, ainsi que le monde. C’est le dada de certains joueurs old school.
Ça fait un peu Mario, c’est frais, et on a vraiment l’impression d’avoir carrément changé de jeu. Un jeu dans un jeu ? Concept plutôt marrant auquel j’avais adhéré.


Non je ne sais pas si l'équipe de développement du jeu avait fumé. Mais j'pense bien.

Je finirai donc sur ces deux notes positives, l’article est assez long comme ça hein ?
Ce jeu avait tout pour me plaire, et malheureusement je me suis retrouvée bien emmerdé. Un jour peut-être j’essayerai de replonger dans cet univers qui est hyper riche et plein de surprise. Mais pour le moment, j’ai maintenant un jeu qui prend la poussière, qui ne sert qu’à décorer mon bureau.

Et ça c’est triste.

2 déc. 2013

Les filles qui jouent aux jeux-vidéo, ça vous fait quoi?

Avec l’autre sondage publié récemment, je me suis dit que j’allais peut être en faire d’autres ! Z’en pensez quoi ? (t’façon j’ai envie et c’est pas vous qui allez m’empêcher de publier NAH !)

Je vais toucher aujourd’hui un sujet sensible, qui me tient particulièrement à cœur.

Depuis que je suis joueuse, je n’arrête pas de me prendre des vieilles remarques de merde, que ce soit IRL ou non. Et ne vous sentez pas visés les mecs, les nanas aussi me font chier toute la journée (j'abuse un peu volontairement oui) avec ça. Entre les conneries du genre « tu joues pour plaire » et les « J'suis sûr que tu joues comme une merde parce que t’es une fille», «Tu joues qu'au SIMS toi nan?» … Ouais.


Alors je vais poser mes ovaires sur la table (comment ça c’est pas commun ?) et venir vous demander ce que vous en pensez. Le sujet est vaste et s’adresse à TOUT LE MONDE. Faut arrêter de cracher que sur les mecs, les filles aussi se tuent entre elles.
Enfin perso, j’le fait pas. J’irai pas buter une nana parce qu’elle a écrit « Geek » sur sa bio twitter par exemple, je pense qu’elle fait ce qu’elle veut. Il y a quelques années (quand j'tais con quoi) j’aurai peut-être fait l’erreur de la critiquer, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Vu que j'me prends des remarques comme ça souvent, ou que j'en lis souvent envers d'autres personnes... Bon. J'vous fait pas un dessin, CA ME REVOLTE. 
Vous savez, les filles représentent la moitié de la communauté de joueurs/joueuses. Pourtant, des gens trouvent ça encore choquant. Mais... POURQUOI?


J’attends de pied ferme vos différentes réponses en commentaire, je les lirai tous. (oui, tous.)
La méthode ne change pas, vous pouvez répondre par FB, Twitter, Commentaires... TOUT.

Merci par avance à ceux qui répondront, bisous sur vos fesses. 



24 nov. 2013

J’ai joué à… The Legend Of Zelda : A Link Between Worlds


Oui. Le précieux. Le seul. L’unique.

J’arrête.


La sortie d’un nouvel épisode de The Legend Of Zelda (TLOZ ça va plus vite) est toujours pleine de sensations, d’émotions, et tout ce qu’on veut. Parce que nouveau TLOZ = nouvelle aventure épique qui te transporte à Hyrule. (ou non d’ailleurs)
Ce jeu ne fait pas exception à la règle. Alors asseyez-vous, checkez si vous avez bien votre bouclier d’armé et hop, on y va !

Un lien entre deux mondes… Quoi ?

Ceux qui ont suivi l’actualité du jeu le savent, A Link Between Worlds est la suite directe de A Link to the Past, sorti sur SNES en 1991. Non, j’tais pas née, mais oui je l’ai fait et oui cet opus est super.
Et ce qu’on peut dire, c’est que les références sont nombreuses et énormes.
Pour poser rapidement le scénario, vous incarnez Link, jeune apprenti de forgeron. Un jour, alors qu’il doit ramener une épée à un soldat un peu trop étourdi, il se retrouve pris dans une aventure assez atypique. Un jeune sorcier, Yuga, prend un malin plaisir à transformer les descendants des sept sages (si, tu sais, ceux qui ont enfermé Ganon) en tableaux dans le but de ressusciter le Seigneur du mal.
Oui mais voilà, Link ça ne lui plait pas. 



Yuga fait flipper oui.

Après quelques péripéties que je tairais pour ne pas vous spoiler, notre héros acquiert une capacité pour le moins assez utile : Il peut se transformer en peinture pour passer dans les murs.
J’en avais déjà vaguement parlé lors de mon passage à la PGW13, et j’avais pas tort, ça déboîte !
Ça amène une réflexion plus poussée que ce soit lors des différentes énigmes, ou tout simplement lorsque l’on veut découvrir certains trésors ! (ou se cacher lorsque un ennemi vous emmerde un peu trop héhé)
Je vous conseille fortement de l’utiliser TOUT LE TEMPS lorsque vous arrivez dans une nouvelle zone, vous pourriez avoir de belles surprises !

Pour en revenir au jeu, c’est là que « Le lien entre deux mondes » prend tout son sens, vous n’êtes pas sans savoir que le jeu comporte deux Royaumes : Hyrule ainsi que Lorule ! Celui-ci est en quelque sorte le double maléfique du premier, plus obscur, plus dangereux. Un truc assez merdique va les lier, et c’est là que le nouveau pouvoir de Link intervient : Il pourra passer entre les deux !




Qualité pourrie, je sais.

Claque dans la gueule pour les nostalgiques, parce que dans A Link To The Past aussi on pouvait voyager entre deux mondes.

Mais quand on a pas l’habitude de certaines choses… Ca change !

Cet épisode mélange avec brio ancien et nouveau… Vous allez voir pourquoi !

Je suppose que, comme moi, dans la série des TLOZ vos êtes habitués à avoir une trame de donjon principal. Par exemple, on a besoin d’avoir déjà les bombes ou l’arc pour certains donjons d’Ocarina Of Time…
Bah là pas du tout.
Non, non mes amis. Vous ne récupérerez pas vos armes dans des coffres face à des mini-boss, vous pourrez les louer (ou bien les acheter après un certain temps, même si c’est cher) auprès d’un nouveau personnage : Lavio.


Je ne vous spoile pas où il est mais... Link est vraiment trop gentil. 

Vous ferez vite la connaissance de cet homme (ou lapin… J’hésite encore) pour le moins… Bizarre. 
Il vous louera toutes les armes que vous désirez contre une petite somme de rubis, mais il faut savoir qu’à chaque fois que Link perdra connaissance, vous les perdrez toutes et il faudra repartir voir le coco pour les relouer.
Ça c’est con, c’pour ça que je vous conseillerai de les acheter le plus vite possible, ça vous paraîtra excessif au début, mais on a des rubis TRES facilement. (j’y reviendrai)

Revenons à nos moutons, du coup, avec tout ça, vous vous doutez bien que l’ordre dans lequel on peut effectuer les donjons est… Inexistant. On fait un peu ce que l’on veut.
Et ça, c’est super déroutant.
Attention, je n’ai pas dit que c’tait un mal, au contraire, un peu de fraîcheur fait du bien à toute série. Mais c’est… Oui voilà déroutant.

Quand vous vous retrouvez à Lorule sans savoir quoi foutre ni par où commencer, faut avouer que c’est pas fréquent. (oui, ça sent le vécu oui.)


JE VAIS OU JE FAIS QUOI HAAA

Petite précision

La jauge violette que vous voyez sur les photos depuis tout à l'heure est comme une jauge d'endurance. C'est à dire qu'elle vous montre combien de temps il vous reste avant par exemple de vous retransformer en humain lorsque vous êtes sur un mur.
C'est aussi elle qui détermine combien de fois on peut utiliser une arme (bombe, arc, baguette...), donc fini les munitions!

Des graphismes et une OST absolument magnifiques

Pour une fois qu’on a un jeu avec une 3D bien exploitée, j’étais obligée d’en faire part. Le jeu est putain de BEAU. Contrairement à d’autres jeux DS (comme pour Pokemon par exemple) on peut mettre la 3D lorsqu’on le souhaite, ce qui rend les scènes encore plus bluffantes.
Et même sans, ça, je peux vous assurer que le rendu est absolument merveilleux. Le contraste entre les deux royaumes est très fin (et ce, pas seulement au niveau des couleurs) et réfléchi, ça fait plaisir à voir, l’ambiance de TLOZ est partout ! Notamment avec ses musiques. Que de beauté mes chers, que de beauté.

Que serait un épisode sans une OST qui déboite sa race ?






Que ce soit pour le thème de Lorule.




Celui du village de Kokorico. (on reconnaît bien là une musique qui date d’anciens opus… Non ? Héhé)





Ou bien des bois perdus. Référence mes amis, référence ! 

Hm, facile ?

Gros bémol, la facilité du jeu.
Oui, vous allez encore me cracher dessus, et vous aurez raison vu que le jeu est absolument fantastique. Mais je suis OBLIGÉE de parler de ça, et je sais que malheureusement c’est monnaie courante dans mes articles.
Mais oui, le jeu va vite, trop vite pour moi.
On ne se casse pas la tête 30 ans pour comprendre comment battre ce boss, on peut éviter les ennemis super facilement, on récupère aussi des cœurs super facilement, on a de l’argent super facilement.

Bon, je ne vais pas m’étendre longtemps là-dessus parce que j’adore le jeu. MAIS QUAND MÊME.

Pour finir 


Les clins d’œil à toute la série (surtout A Link To The Past) sont un joli cadeau de la part de Nintendo, l’aventure absolument passionnante et les quelques nouveautés clairsemées ici et là sont sympas, on ne s’emmerde pas. Des mini-jeux sont là le cas échéant ! On regrettera juste le fait que le jeu n’offre pas de difficulté plus élevé, mais hé…
En fait on s’en fou. Il est génial. 


Bon maintenant chut, j'dors.

20 nov. 2013

Pourquoi les jeux en ligne m’emmerdent.

Avant de me faire huer et qu’on me jette des tomates pourries à la gueule, j’aimerai préciser que je n’ai jamais été une hater des jeux en ligne, je dois même avouer que j’aime pas mal. (même si mes phases de JE JOUE A FOND AUX MMO ne durent jamais longtemps).

C’est vrai que le concept est franchement hyper cool. Tu te connectes, te crées un personnage avec une classe mûrement choisie (non) et bim ! Tu sautes dans le serveur, rencontre des gens cool ou non, et part gaiement faire des quêtes avec eux.
Sur le papier c’est beau, c’est frais, c’est très addictif. Alors pourquoi je me ramène avec mes gros talons pour dire que ça m’emmerde ?


Pourtant c’est la classe.

Parce qu’il y a une malédiction qui s’abat sur ma personne dès que j’ouvre LoL (même si il est à part) ou bien encore Guild Wars 2 (bien que ça fasse un bail que je n’y ai pas joué) Celle qui se nomme élégamment lassitude. La lassitude de la communauté, ainsi que du manque d’implication du joueur, niveau scénario et background.

Une communauté au mieux trop collante, au pire rageuse

Attention, je tiens à préciser que je ne fais pas une généralité. Je ne pointe du doigt aucun jeu, ou aucune communauté à proprement parler. C’est simplement du vécu. Ça, c’est dit.

J’ai toujours fait face à deux types de joueurs différents dans quasiment tous les jeux en ligne. Outre ceux que je connaissais IRL, il y en avait toujours un pour me proposer son aide 9238364573409685 fois et l’autre pour m’insulter lorsque je f’sais une fausse manœuvre.

La vie est une garce je vous dis.

Les gamers de la première catégorie (ceux  qui me proposent leur aide à outrance, suis donc un peu) apparaissaient comme des Pokemons sauvages lorsque j’étais seule online. Bah oui lassée de devoir attendre les autres, moi je jouais.
J’ignore si c’est parce que je prenais un perso féminin ou autre, mais leur proposition d’aide, quand je les acceptais (ce qui était extrêmement rare, tu vas comprendre pourquoi), dérivaient souvent vers un autre sujet. Un sujet qui est le lot commun de beaucoup de joueuse. La drague 2.0.


SI.

C’était lourd. J’aurai pu être un gros pédophile dégueulasse ou un Pokémon sous LSD derrière l’écran qu’ils s’en foutaient. Ils voyaient un avatar féminin, ils accouraient.
Et quand tu refuses poliment… Bah tu te fais insulter. Ce qui nous amène à la deuxième catégorie.

Je ne vais pas m’étendre là-dessus longtemps. Sachez juste que les « putes » à outrance et autre quolibets de bons goûts vous coupent toute envie de jouer.
Je ne mets pas que les mecs en cause, les nanas aussi m’ont déjà fait chier. Depuis quand je ne suis pas une vraie gameuse dès lors que je dis que je suis une fille à un joueur ?

Merci les filles.

Des jeux Impersonnels

Un point moins grave puisqu’il ne concerne pas la majeure partie des joueurs. Seulement moi. (si néanmoins quelqu’un se reconnait  dans ce que je vais dire, qu’il se manifeste ! Nous pourrons haïr ensemble le manque de profondeur des personnages de MMO haha !)


Ah, les fameuses races de Guild Wars 2... (article à venir dessus)

Ce qui est important pour moi dans un jeu c’est bien sur, le scénario, l’univers où il se déroule, le système de combat etc…
Mais, et surtout, le background du personnage. Entre autre, sa profondeur, ce qu’il est.
Ça peut paraître con, voire inutile, d’ajouter ce détail à un MMO. Et vous avez raison si vous trouvez cela complètement superficiel.
Mais pour ma part j’ai ce besoin de comprendre l’avatar que je dirige. De m’y attacher un minimum. Que lui est-il arrivé pour qu’il en arrive là ? Où a-t-il appris à être un mage, ou bien un guerrier ? Est-il orphelin ? Pourquoi du jour au lendemain il s’est dit « Putain de merde, je me fais chier. J’vais partir à l’aventure ça va être cool » ?


Je caricature bien évidemment les différentes questions que l’on pourrait se poser à son sujet, mais même sans ça, j’ai l’impression que le perso que l’on contrôle est… Une coquille vide.
Même la suite de l’aventure le prouve, une succession de quête que l’on rush sans savoir pourquoi (à part gagner de l’xp hein), un seul et même fil de scénario pour tout le monde, des events qui se succèdent sans réelle cohésion quelques fois…

Je sais bien que le but des jeux en ligne n’est pas de développer nos avatars à outrance, mais plutôt de jouer à outrance, parce que tout le monde s’en tape du passé des persos. Puis ce serait tellement chiant à faire pour les developpeurs, oui, je sais.
Mais ça contribue à mon désintéressement du jeu à chaque fois.

Ouais, j’ai besoin d’avoir une certaine profondeur dans un jeu. Même en ligne.

(et ne me parlez pas de RolePlay, ça fonctionne sur les forums, mais sur les jeux en ligne… Bon. C’est beaucoup moins mon truc quand même. Et vazy que j’fais parler mon perso pendant un combat et que j’crève comme une merde. Ah zut.)

J’ai juste l’impression qu’on nous fout sur une map pour qu’on se poutre tous et… C’est tout.

Mais j'suis pas rabat-joie pour autant!

Pourtant, comme nombre de personne, les jeux en ligne m’attrapent pendant des heures et je ne les lâche plus! C'est pour ça que je me flagelle toujours autant dès que ça m'emmerde...
Parce que je loupe quelque chose et j'en suis bien consciente.

C'est un peu ça ouais.

Mais je dois vous avouer qu'autant j'arrive souvent à passer outre le manque de profondeur du scénario, mais pas par le manque de respect que l'on peut y trouver. 
Après, j'suis sadomaso vous savez, j'continue de me connecter et je jouer. (quand j'ai le temps quoi, parce qu'avec tous les autres jeux et ma vie et...)